Philosophie, éducation et société

PES_logo_RGB_300px

Le groupe « Philosophie, éducation et société »

Le groupe Philosophie, éducation et société (PÉS) réunit des enseignants de philosophie et des intellectuels intéressés par la promotion de la philosophie à tous les niveaux du système d’éducation au Québec. Par le moyen d’activités diverses, PÉS s’engage au service de ces finalités dans la vie scolaire, sociale et culturelle.

 Objectif général

Convaincus que l’enseignement de la philosophie doit jouer un rôle actif dans le développement d’une conscience civique au Québec, nous voulons contribuer à la formation d’une jeunesse sensibilisée aux enjeux sociaux et aux exigences de la vie démocratique. Pour atteindre ce but, il faut développer chez les jeunes un solide jugement critique de même que des aptitudes au dialogue qui sont nécessaires à la vie commune dans une démocratie pluraliste.

Orientation humaniste et culture publique commune

L’orientation humaniste de notre système d’éducation, du préscolaire à la fin des études collégiales, constitue un héritage important, notamment grâce au caractère émancipateur de disciplines telles que la philosophie et la littérature. Cette orientation s’est maintenue au fil des diverses réformes du système scolaire, qui ont toutes réitéré l’importance d’une formation générale, commune à tous les jeunes, du primaire au collégial. Par ailleurs, la société québécoise est aujourd’hui une société pluraliste ; dans ce contexte, nous croyons nécessaire de travailler à l’édification dans nos institutions scolaires d’une culture publique commune. Au nombre des repères fondamentaux de cette culture, il y a les principes et les valeurs des chartes des droits et libertés de la personne, les principes de tolérance et de laïcité de même que la protection et la promotion du français comme langue commune. Débattre de ces enjeux fondamentaux rassemble les individus comme citoyens et les oriente vers la recherche du bien commun.

Éducation à la citoyenneté

Les ordres d’enseignement primaire et secondaire sont déjà engagés par certains de leurs programmes – comme Éthique et culture religieuse (ÉCR) et Histoire et éducation à la citoyenneté – dans la construction de cette culture publique commune. Les enseignants du collégial qui œuvrent en formation générale contribuent également de diverses façons à l’édification de cette culture, cependant cette formation générale des collégiens ne s’inscrit pas pour l’instant d’une façon aussi explicite dans une perspective d’éducation à la citoyenneté.

Nous croyons que l’éducation à la citoyenneté devrait être assurée, entre autres, par l’enseignement de la philosophie du primaire à la fin du collégial. Dans notre esprit, celle-ci ne doit pas prendre la forme d’une morale normative, ni faire l’objet d’une prédication civique, car dans un État démocratique, le système d’éducation doit toujours chercher à développer chez les jeunes la réflexion critique et l’autonomie. La laïcisation des structures scolaires et des programmes ministériels a permis de faire des pas considérables en ce sens. Il reste cependant beaucoup à faire. C’est dans cet esprit que nous soutenons l’arrimage du programme ÉCR et du programme de philosophie collégial et que nous accompagnons l’évolution de ces programmes.

Moyens et actions

En construisant des ponts entre la philosophie, l’éducation et la société au moyen de diverses interventions publiques (chroniques radio, publications, colloques, etc.), PÉS souhaite rendre la réflexion philosophique accessible au plus grand nombre. Les projets interordres, par exemple, créent des passerelles non seulement entre différents ordres d’enseignement, mais également entre le milieu de l’enseignement et la société. Pour établir ces ponts, il faut parfois déborder le cadre scolaire même si les établissements d’enseignement demeurent, selon nous, un lieu privilégié pour créer des conditions qui favorisent la prise de parole citoyenne.

La culture publique commune doit être inclusive et de portée universelle, mais elle ne peut se passer de médiation. L’instauration dans nos institutions scolaires d’une réelle éducation à la citoyenneté devrait s’enraciner davantage dans notre culture intellectuelle nationale. PÉS œuvre en ce sens afin d’assurer aux futures générations l’accès au patrimoine philosophique québécois.

PÉS, mai 2016